RGPD: Comprendre et assumer les nouvelles responsabilités des sociétés


Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en vigueur le 25 mai 2018, apportant de profonds changements dans le paysage de la protection des données personnelles au sein de l’Union européenne. Les entreprises, quelle que soit leur taille, doivent désormais adopter des mesures pour assurer la conformité à cette réglementation. Cet article a pour objectif d’expliquer les principales dispositions du RGPD et leurs implications pour les sociétés.

Les principes fondamentaux du RGPD

Le RGPD repose sur plusieurs principes fondamentaux visant à garantir un niveau élevé de protection des données personnelles des citoyens européens. Ces principes sont les suivants :

  • La licéité, la loyauté et la transparence: Les données personnelles doivent être traitées de manière licite, loyale et transparente.
  • La limitation des finalités: Les données ne peuvent être collectées et traitées que pour des finalités spécifiques, explicites et légitimes.
  • L’exactitude: Les données collectées doivent être exactes et à jour.
  • La minimisation des données: Seules les données nécessaires à la réalisation des objectifs poursuivis peuvent être collectées.
  • La limitation de la conservation: Les données ne peuvent être conservées que pendant une durée limitée.
  • La sécurité et la confidentialité: Les données doivent être traitées de manière à garantir leur sécurité et leur confidentialité.
  • La responsabilité: Les entreprises sont responsables de la mise en œuvre des mesures garantissant le respect de ces principes.

Les nouvelles responsabilités des sociétés

Afin de se conformer au RGPD, les entreprises doivent adopter un certain nombre de mesures pour assurer la protection des données personnelles qu’elles traitent. Parmi les principales obligations figurent :

  • La désignation d’un délégué à la protection des données (DPO): Les organismes publics et certaines entreprises (notamment celles dont l’activité principale consiste en un traitement à grande échelle de données sensibles) doivent nommer un DPO, qui sera chargé de veiller au respect du RGPD et d’informer le personnel sur les bonnes pratiques en matière de protection des données.
  • L’adoption d’une politique de protection des données: Les entreprises doivent mettre en place une politique claire et précise sur la manière dont elles traitent les données personnelles, incluant notamment les finalités du traitement, les droits des personnes concernées et les mesures techniques et organisationnelles mises en œuvre pour garantir la sécurité des données.
  • Le recueil du consentement explicite: Les entreprises doivent obtenir le consentement explicite des personnes concernées avant de collecter ou de traiter leurs données personnelles, sauf exceptions prévues par la réglementation. Le consentement doit être libre, éclairé et spécifique à chaque finalité du traitement.
  • La mise en place de mesures de sécurité: Les entreprises doivent mettre en œuvre des mesures techniques et organisationnelles appropriées pour garantir la sécurité des données personnelles qu’elles traitent, notamment en prévenant les risques d’accès non autorisé, de perte ou de destruction accidentelle.
  • La notification des violations de données: En cas de violation de données (c’est-à-dire d’accès non autorisé, de perte ou de destruction accidentelle), les entreprises doivent en informer l’autorité compétente (en France, la CNIL) dans un délai maximal de 72 heures après en avoir pris connaissance. Les personnes concernées doivent également être informées si la violation présente un risque élevé pour leurs droits et libertés.

Les sanctions encourues en cas de non-conformité

Le RGPD prévoit un régime strict de sanctions pour les entreprises qui ne respecteraient pas leurs obligations en matière de protection des données personnelles. Les sanctions peuvent aller jusqu’à :

  • 10 millions d’euros ou 2 % du chiffre d’affaires annuel mondial total pour les manquements aux obligations relatives à la sécurité des données, à la notification des violations, au respect des principes du RGPD ou à la coopération avec l’autorité compétente ;
  • 20 millions d’euros ou 4 % du chiffre d’affaires annuel mondial total pour les manquements aux droits fondamentaux des personnes concernées, au consentement, aux transferts internationaux de données ou à l’application des règles relatives aux traitements spécifiques (profilage, décisions automatisées, etc.).

Il est donc crucial pour les entreprises de prendre au sérieux la question de la protection des données personnelles et de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour assurer leur conformité au RGPD.

Conclusion : agir pour garantir la conformité

Au-delà des sanctions encourues, le respect du RGPD constitue également un enjeu majeur en termes d’image et de confiance pour les entreprises. En effet, les consommateurs sont de plus en plus sensibles à la question de la protection de leurs données personnelles, et une entreprise qui ne respecte pas ses obligations en la matière s’expose à des répercussions négatives sur sa réputation et sa compétitivité.

Pour garantir leur conformité au RGPD, il est essentiel que les entreprises s’interrogent sur leurs pratiques actuelles en matière de traitement des données personnelles et prennent les mesures nécessaires pour se mettre en conformité. La désignation d’un DPO, l’adoption d’une politique de protection des données, le recueil du consentement explicite ou encore la mise en place de mesures de sécurité sont autant d’étapes indispensables pour assurer le respect du RGPD et protéger les droits fondamentaux des citoyens européens.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *